- Museum of the National Bank of Belgium - https://www.nbbmuseum.be/fr -

L’argent ? Même en temps de guerre, on ne peut pas s’en passer !

En brefL’une des principales missions d’une banque centrale consiste à veiller à ce qu’il y ait suffisamment de monnaie en circulation. Pas trop, pour ne pas susciter d’inflation, mais pas trop peu non plus. Il s’agit assurément d’un équilibre précaire. Lorsque la Belgique s’engagea dans la Première Guerre mondiale en 1914, les conséquences en étaient incalculables. Les combats se prolongeant, l’approvisionnement fut menacé dans de grandes parties du pays. Mais ce ne furent pas que les marchandises de toutes sortes qui vinrent à manquer. Les moyens de paiement firent eux aussi rapidement défaut puisque les agences de la Banque nationale ne parvenaient plus à s’approvisionner en billets et qu’elles étaient souvent dans l’obligation d’interrompre leurs activités.
Quelque six cents administrations communales, ainsi qu’un grand nombre d’associations de bienfaisance et d’entreprises furent contraintes d’imprimer des monnaies de nécessité. La commune d’Izegem recourut pour ce faire à la technique d’impression de la lithographie ou impression sur pierre.

Pierre de lithographie d’un billet de nécessité de 100 francs, Izegem, 1917 © Musée de la Banque nationale de Belgique

Pierre de lithographie d’un billet de nécessité de 100 francs, Izegem, 1917 © Musée de la Banque nationale de Belgique

La lithographie repose sur le principe selon lequel la graisse et l’eau se repoussent mutuellement. Un dessin en miroir est d’apport réalisé sur une pierre calcaire. Le dessin est ensuite fixé à l’aide de gomme arabique, à laquelle on ajoute souvent un acide. La partie non dessinée de la pierre est alors attaquée par l’acide. Ce phénomène crée une différence de hauteur entre le dessin et le reste de la pierre. Lors de l’impression, seul le dessin – qui est surélevé par rapport au reste – est transféré sur le papier.

Il n’y a pas qu’au musée que vous pouvez parcourir la collection de monnaies de nécessité ; celle-ci peut également être consultée en ligne. Pour retrouver les billets d’une commune, cliquez d’abord, sur la carte de Belgique, sur la province à laquelle la commune appartient aujourd’hui. Une fois la province sélectionnée, cliquez sur la commune de votre choix (le nom de la commune est celui en vigueur depuis la fusion des communes). Pour chaque commune, tous les types de billets apparaissent alors en taille réduite. Un simple clic sur la représentation de votre choix affichera une image plus détaillée du recto et du verso, accompagnées d’une brève description.

Bernissart - 1 F - recto

Monnaie de nécessité de la commune de Bernissart (province du Hainaut)  © Musée de la Banque nationale de Belgique

Les administrations communales utilisèrent ces monnaies de nécessité pour effectuer des paiements de toutes sortes : indemnités de milice, salaires du personnel et paiement des fournisseurs. Nombre de comités de secours et d’aide – et notamment le Comité national de Secours et d’Alimentation – émirent eux aussi des monnaies de nécessité pour porter assistance aux nombreux nécessiteux. Les usines et sociétés délivrèrent des bons de salaire et d’achat. La circulation de ces monnaies de nécessité demeura généralement limitée au territoire de la commune émettrice ou à un magasin spécifique, comme par exemple un comité d’aide, mais elle s’étendit parfois, selon la confiance qui leur était accordée, à de plus grandes régions.