Des Magritte pour 500 francs belges  Share

Le billet de 500 fr type René Magritte clôture, le 16 avril 1998, 147 ans d’histoire du billet belge. Cette année-là, on commémore les 100 ans de la naissance de l’artiste surréaliste et, pour l’occasion, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique organisent une exposition qui regroupe pas moins de 335 de ses œuvres.

500 francs, type Magritte, recto

500 francs, type Magritte, recto

Des artistes belges ayant influencé l’art du XXe siècle

La dernière série de billets se compose de six coupures. En 1994, on émet la coupure de 2000 fr à l’effigie de l’architecte Victor Horta. Les peintres James Ensor et Constant Permeke illustrent respectivement les valeurs de 100 et 1000 fr émises en 1995 et 1997. Le facteur d’instruments Adolphe Sax est représenté dès 1996 sur la coupure de 200 fr. En 1998, le surréaliste René Magritte figure sur les billets de 500 fr. Et en 1997, Albert II et Paola succèdent à Baudouin et Fabiola qui trônaient jusqu’alors sur les coupures de 10 000 fr.

Pour mieux répondre aux attentes des utilisateurs, de nouvelles coupures de 200 fr, 2000 fr et à nouveau de 10 000 fr sont mises en circulation. Les deux premières coupures vont faciliter l’arrivée de l’euro, 200 fr équivalant à un peu moins de 5 euros et 2 000 fr à un peu moins de 50 euros.

500 francs, type Magritte, verso

500 francs, type Magritte, verso

René Magritte: sa vie, son œuvre

Né à Lessines (Hainaut) le 21 novembre 1898, Magritte monte à Bruxelles en 1916 pour suivre les cours de l’Académie des Beaux-Arts. Il s’essaie à partir de 1918 à différents styles picturaux comme le cubisme et le futurisme, avant de trouver sa propre voie, celle du surréalisme. Il réalise également des travaux alimentaires: affiches de film, publicités, décors de partitions et papiers peints. En 1922, il épouse Georgette Berger, une amie d’enfance qui deviendra son principal modèle. C’est également dans le courant de cette année qu’il découvre, via une reproduction, le tableau Chant d’Amour de Giorgio De Chirico qui va marquer un tournant dans son œuvre. En effet, en 1926, il peint le Jockey Perdu qui est, selon lui, sa première œuvre surréaliste réussie.

Il effectue de 1927 à 1930 un séjour parisien durant lequel il entre en contact avec les surréalistes français dont André Breton et Paul Eluard. À son retour, il s’établit pendant 24 ans à Jette (Bruxelles), au 135 de la rue Esseghem (Musée René Magritte), où il conçoit la moitié de son oeuvre. Entre 1945 et 1948, il réalise une série de toiles nommée période du Plein Soleil, à la manière des impressionnistes et plus particulièrement de Renoir. Il crée aussi, spécialement pour une exposition parisienne en 1948, une série de toiles qui sera baptisée Période Vache. Au casino de Knokke-le-Zoute, la fresque du Domaine Enchanté, datée de 1953 et composée de 8 toiles, offre une vue d’ensemble de son œuvre. Les premières rétrospectives de l’œuvre de Magritte ont lieu en 1954 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et en 1965 à New York. Magritte s’éteint le 15 août 1967 à Bruxelles, suite à un cancer du pancréas. Bien après sa mort, son travail est toujours admiré. Il y a 10 ans déjà s’ouvrait le Musée René Magritte prochainement rejoint, au printemps 2009, par le Musée Magritte des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (Hôtel Altenloh).

La sécurité du billet

Musée René Magritte. © Luc Schrobiltgem

Museum René Magritte. © Luc Schrobiltgem

Cette dernière série de billets, entièrement conçue ainsi qu’imprimée au sein de la Banque nationale, est à la pointe des techniques de protection et en cela fort proche des billets en euros. Un filigrane à l’effigie de Magritte, accompagné de sa signature, se situe dans la zone centrale blanche. Le fil de sécurité, fine barre transversale, reprend sur sa longueur le montant du billet. L’effet de transvision, présent avec la représentation de la serrure, permet, par transparence, de recomposer en couleur le motif. Le nom de l’émetteur et la valeur du billet apparaissent dans les trois langues nationales. Au recto, ceux-ci sont mentionnés dans la langue maternelle de la personnalité représentée: ici, le français.

Sur ce même côté, en haut à droite, un rectangle dans les tons bleu-gris présente la valeur en image latente, c’est-à-dire qui n’est visible qu’à l’aide d’une lumière frisante. À l’opposé, trois bâtonnets horizontaux suivis d’un bâtonnet vertical, tous en relief, permettent aux mal-voyants d’identifier la valeur du billet. Les trois bâtonnets indiquent le chiffre cinq et le bâtonnet vertical les centaines. Dans la partie inférieure droite apparaissent les signatures du Gouverneur et du Trésorier de la Banque. Au verso, dans la partie supérieure, le numéro de série est imprimé de part et d’autre de la bande blanche. Il est composé de onze chiffres dont le caractère typographique a été déposé par la Banque nationale pour en avoir l’usage exclusif. La valeur 500 est imprimée dans une encre à effet optique variable qui, selon l’inclinaison, nous apparaît verte, bleue ou rose.

Les tableaux du billet

Au recto du billet, dans la partie droite, le portrait de Magritte a pour ombre une silhouette au chapeau melon. La signature du peintre est apposée au niveau de son épaule droite. Au centre, une composition de feuillage se mue en oiseaux comme dans Les Grâces Naturelles. Au-dessus, deux silhouettes de pipe rappellent le célèbre Ceci n’est pas une pipe, tandis que, juste à côté, une porte entrebâillée provient du Poison. À l’extrémité gauche, un arbre est matérialisé sous la forme des nervures d’une feuille, élément principal de La Recherche de l’Absolu. En-dessous, une clé insérée au coeur d’une serrure, également présente au dos, évoque Le Sourire du Diable.

En ce qui concerne le verso, la partie gauche se compose d’une pluie de petits personnages au chapeau melon issue de Golconde. Parmi eux, une chaise greffée d’une queue de lion reprend le thème d’Une Simple Histoire d’Amour. En arrièreplan, des maisons en quinconce proviennent du tableau Le Regard mental. À droite, la nuit éclairée par un quartier de lune et découpée en forme de silhouette au chapeau melon illustre L’Heureux Donateur, tandis qu’à l’avant-plan, une pomme masquée est issue du Prêtre marié. Le bord droit se conclut, comme au théâtre, par une tenture issue des Mémoires d’un Saint.

Valérie Pede
Guide du musée

Sources:

  • Dossier de presse pour l’émission en 1998 du billet de 500 fr type René Magritte.
  • Paquet M., Magritte, Taschen, Köln, 2000.
  • Te Boekhorst B., Danneel M. & Randaxhe Y., Adieu franc. La Belgique et sa monnaie, une belle histoire, Lannoo, Tielt, 2001.