Marcel Van Goethem ou le Beyaert du 20e siècle de la Banque nationale  Share

En 2013, 31 641 personnes ont visité le musée rue du Bois Sauvage. Comme vous le savez peut-être déjà, un nouveau musée ouvrira bientôt ses portes au boulevard de Berlaimont. Le “Sous la loupe” du mois de février est dès lors consacré au bâtiment qui l’abritera et à l’œuvre de son architecte, Marcel Van Goethem.

Portrait de Marcel Van Goethem

Portrait de Marcel Van Goethem
© Sado, Bruxelles

Bruxellois d’origine, Marcel Van Goethem est né le 7 juin 1900. Il a débuté ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et s’est ensuite rendu en France où il a poursuivi sa formation à l’École des Beaux-Arts de Paris. Il en est sorti diplômé à l’âge de 25 ans. À son retour en Belgique, il fut pendant de longues années le collaborateur et associé de l’architecte Alexis Dumont avec qui il réalisa divers bâtiments publics et privés. Parmi ceux-ci, on peut entre autres mentionner l’immeuble de bureaux “Shell”, rue Ravenstein, achevé en 1934 ou encore l’immeuble de bureaux des Assurances Générales de Trieste, dans la même rue, inauguré en 1936.

Immeuble des Assurances Générales de Trieste par M. Van Goethem et A. Dumont.

Immeuble des Assurances Générales de Trieste par M. Van Goethem et A. Dumont.
© Malvaux

En plus de son métier d’architecte, Van Goethem s’adonna à l’enseignement. Il fut ainsi professeur d’architecture à l’École de Dessin de Saint-Josse à partir de 1929 avant d’en devenir le directeur de 1937 à 1945. Il a également été membre du Jury d’examen de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Quelques années plus tard, en 1948, il fut en plus chargé de Cours à l’Université Libre de Bruxelles au sein de la Faculté des Sciences Appliquées.

C’est à la veille de la guerre, le 1er février 1940 exactement, que Marcel Van Goethem fut nommé architecte de la Banque nationale de Belgique. Les nouveaux bâtiments ont cependant été érigés à partir de 1946, le projet ayant été retardé par la Seconde Guerre mondiale. Le bâtiment construit durant la seconde moitié du 19e siècle était en effet devenu trop exigu pour répondre aux exigences de la banque centrale. Or, la concrétisation de l’idée d’une jonction ferroviaire Nord-Midi imposait de creuser juste au pied de l’édifice. Des immeubles ont dans ce contexte été expropriés et la Banque en profita pour palier le manque d’espace de travail et construire une nouvelle imprimerie.

Dans le cadre de ce projet, Van Goethem effectua plusieurs voyages d’étude en Angleterre, en Suisse, en Scandinavie et aux États-Unis. Il prit également le temps de se documenter dans le but de doter son œuvre de tous les perfectionnements techniques qui connurent un grand essor au sortir de la guerre. Parmi ceux-ci, on note les châssis guillotines en aluminium, les cloisons mobiles, les ascenseurs à grande vitesse avec portes automatiques ou encore le conditionnement d’air et l’éclairage fluorescent encastré dans les plafonds.

Salle des guichets de la Banque nationale de Belgique.

Salle des guichets de la Banque nationale de Belgique.
© Musée de la Banque nationale de Belgique

D’un point de vue pratique, la première pierre fut posée le 20 janvier 1948 et les travaux durèrent plus de dix ans. Cela fut une prouesse quand on sait que les nouveaux bâtiments s’élèvent en grande partie sur l’emplacement de l’ancienne construction presqu’entièrement démolie aujourd’hui. Les services n’ont en plus pas interrompu un seul jour leur activité pendant cette période.

L’œuvre monumentale se caractérise par une structure claire. Elle comporte de hauts et fins piliers de pierre au niveau de la façade. Van Goethem, comme pour d’autres de ses réalisations, collabora avec des ingénieurs afin de s’assurer de la stabilité de ceux-ci face à la pression du vent. Esthétiquement parlant, ces piliers s’apparentent en quelque sorte à une grille qui fermerait l’édifice tout en laissant la lumière y pénétrer.

Façades nord et ouest du bâtiment d’administration de la Banque nationale.

Façades nord et ouest du bâtiment d’administration de la Banque nationale.
© Musée de la Banque nationale de Belgique

Le bâtiment a d’ailleurs été conçu de manière à veiller à la sécurité des lieux. C’est pour cette raison que malgré l’ampleur de la construction, on ne compte qu’une seule entrée à destination du public. La grille encerclant le bâtiment est placée dans le même but. C’est enfin dans cette optique qu’on opta pour la scission entre l’administration et l’imprimerie des billets, situées de part et d’autre du boulevard. Les deux immeubles sont toutefois reliés par un passage souterrain de 32 mètres de long.

D’un point de vue ornemental, la façade du bâtiment de l’administration est enrichie par la présence de figures se dressant au niveau de l’entrée du public. Des “méreaux”, éléments en relief évoquant différents métiers sur les rotondes nord et sud, ont été exécutés par le même artiste, à savoir Marcel Rau. De part et d’autre de la façade, on note en plus la présence de deux grandes sculptures féminines, exécutées par Georges Grard pour celle intitulée Femme assise côté sud et par Charles Leplae pour celle dénommée Jeune fille agenouillée côté nord.

Jeune fille agenouillée de Charles Leplae.

Jeune fille agenouillée de Charles Leplae.
© Musée de la Banque nationale de Belgique

La carrière de Marcel Van Goethem ne se limite toutefois pas à cela. En 1953, il devint l’adjoint de Paul Bonduelle, architecte en chef de l’Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles 1958. Il lui succéda en 1955 et assura ainsi l’orchestration architecturale de cette grande manifestation. Van Goethem voulait que les architectes de tous les pays puissent se servir de l’exposition comme du plus grand “laboratoire d’essai” jamais réalisé. Il ne signa aucune œuvre, mais s’efforça de coordonner au mieux les efforts et de comprendre les problèmes de chacun. Il permit ainsi aux quelques 500 architectes, ingénieurs et décorateurs de travailler dans les conditions les moins difficiles possibles.

Van Goethem fut à la même période chargé d’élaborer les plans de l’Hôtel des Monnaies. C’est le Ministère des Finances qui, en 1957, décida de faire édifier un nouvel immeuble dans lequel les Services de la Trésorerie frapperaient la monnaie. L’idée était dès lors de construire le bâtiment à proximité de celui de la Banque et on choisit un emplacement Boulevard de Pachéco. Quant au choix de l’architecte, étant donné l’interconnexion entre les différents établissements, il sembla logique de confier la mission à Van Goethem. Cet édifice n’a cependant finalement pas pu être exécuté conformément au programme prévu, l’Administration ayant réduit ses crédits.

Notons enfin que l’architecte n’a pas seulement été chargé de cours à l’U.L.B, c’est également lui qui a établi les plans et conduit les travaux des nouveaux bâtiments universitaires tels que le grand auditoire Paul-Emile Janson inauguré en 1958. Le défi consista entre autres à construire le plus rapidement et le plus économiquement possible un auditorium de 1500 places.

Stéfane Antoine
Guide du musée

Bibliographie

  • Deblon V., La Banque nationale : Une architecture moderne, Musée de la Banque nationale de Belgique, Sous la loupe mai 2012.
  • “In Memoriam Marcel Van Goethem”, dans Revue mensuelle publiée par et pour le personnel de la Banque nationale de Belgique, n°6, juin 1959.
  • Marcel Van Goethem. Architecte D.P.L.G. Œuvres et études. 1940-1959, Bruxelles, Banque nationale de Belgique, s.d.
  • Mardaga P., Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles. Pentagone N-Z, Liège, Soledi, 1994.
  • Van Goethem M., “Immeuble de la Banque nationale à Bruxelles”, dans Rythme, n°15, juin 1953.