La Banque nationale: une architecture moderne  Share

Version imprimable (pdf)

En 2012, la liaison Nord-Sud de Bruxelles fête son 60ème anniversaire. L’axe tant attendu qui devait relier la gare de Bruxelles-Midi à celle du Nord a été inauguré le 4 octobre 1952 par le jeune Roi Baudouin. Pour Bruxelles, la jonction Nord-Sud semblait être le prélude de la modernité, ce qui fut confirmé une fois que l’Etat s’est engagé à faire de Bruxelles une vraie métropole. Le Mont des Arts a ainsi été rénové afin d’accueillir la Bibliothèque Royale. Durant la même période, la Galerie Ravenstein et la tour du Lotto ont également été érigées. C’est dans ce contexte que la Banque nationale fut dotée d’un nouveau bâtiment pour ses bureaux le long du boulevard de Berlaimont.

La décision de réaliser une liaison de chemin de fer entre le Sud et le Nord de la ville fut déjà prise  au dix-neuvième siècle. Les travaux commencèrent avant la Première Guerre mondiale mais furent stoppés en 1914. Et c’est en 1935 que l’achèvement de la jonction Nord-Sud fut approuvé par le Parlement. Le projet commença par beaucoup d’expropriations d’immeubles. Ainsi, un espace vide fut immédiatement créé dans les environs de la Banque. Le gouverneur de l’époque, Georges Janssen, y voyait l’opportunité d’en finir avec le manque de place auquel la Banque nationale faisait face depuis des années, et saisit l’occasion pour établir un programme qui ne prévoyait pas seulement les nouveaux bureaux dont la Banque avait besoin, mais aussi la construction d’une nouvelle imprimerie. L’architecte qui fut chargé du projet de ces bâtiments était Marcel Van Goethem.

Les premiers plans des bâtiments furent approuvés en janvier 1940, et prévoyaient que deux des bâtiments principaux seraient reliés par un système de cave souterraine. Dans le projet, un espace était aussi prévu pour un abri souterrain, où une évacuation rapide était assurée via le couloir de la cave qui rejoint le chemin de fer de la liaison Nord-Sud. Vu la menace de la guerre, la construction de cette cachette devint de plus en plus urgente. En mai 1940, après l’invasion allemande, l’exécution des plans fut remise à plus tard, à un moment plus opportun. Finalement, après la guerre, il fut décidé de ne pas prévoir un abri souterrain dans le bâtiment.

Bâtiment principal de la Banque nationale de Belgique

Bâtiment principal de la Banque nationale de Belgique

En 1948 les travaux du nouveau bâtiment commencèrent. L’architecte Van Goethem avait, pendant la guerre, davantage développé les plans de la nouvelle Banque nationale, et avait simultanément étudié le projet d’autres banques nationales comme celle de la Bank of England ou de la Banque de France. Dans le plan original de Van Goethem, l’architecte avait choisi d’abattre le vieil Hôtel du gouverneur, dessiné par Henri Beyaert, et de profiter de l’espace ainsi libéré pour l’extension du siège principal. L’arrière de la Banque devait, selon lui, ressembler aux “dents d’un peigne”. Toutefois, on décida finalement de sauver du marteau de la démolition la vieille partie de la Banque.

La construction du nouveau siège prit pas moins de 10 ans, et passa par différentes phases de sorte que le personnel a pu continuer à accomplir ses tâches durant les travaux. Vu la situation particulière du bâtiment, quelques problèmes surgirent durant la conception du plan. Les grandes différences de niveau du terrain, le fait que le nouveau bâtiment était érigé en grande partie sur le tunnel de la jonction Nord-Sud ainsi que la nature du terrain (en partie des sables mouvants) sur lequel il fut construit, faisaient en sorte que Van Goethem, en collaboration avec les ingénieurs et les entrepreneurs, devait éviter de potentiels affaissements de terrain. En outre, il s’agissait aussi d’assurer une solide isolation pour contrer les nuisances sonores et vibratoires de la liaison Nord-Sud.

Le résultat final était un bâtiment monumental qui couvrait toute la longueur du boulevard de Berlaimont (environ 200 mètres). De plus, il faut remarquer que Van Goethem a consacré une grande attention à la sécurité dans son projet. Ainsi, le bâtiment contient par exemple une entrée principale qui est protégée par une grille en fer.

La rotonde sud avec la « Fille agenouillée » de Charles Leplae

La rotonde sud avec la « Fille agenouillée » de Charles Leplae

Pour beaucoup, le bâtiment de la Banque nationale est un modèle de modernisme. La façade présente une grande simplicité sans perdre en rayonnement. La grandeur qui devait émaner du bâtiment de la Banque nationale en tant qu’une des grandes institutions financières du pays a été créée entre autres par l’immense colonnade qui orne la façade. Les différentes colonnes donnent au bâtiment un caractère fermé afin que l’architecture inspire confiance et sécurité au grand public. En même temps, les colonnes ont été construites de telle manière qu’une grande quantité de lumière pouvait pénétrer dans la banque, et la façade, avec son jeu de lumière ajouté aux fenêtres, devenait ainsi plus visible. La grande colonnade fut fermée de part et d’autres par deux rotondes. Après l’installation de ces “murs aveugles”, le projet de Van Goethem va davantage correspondre à celui du bâtiment de Beyaert.  Pour casser la monotonie de ces deux rotondes, une statue en bronze fut placée sur les deux côtés de la façade. Du côté sud, nous trouvons une “femme assise”, sculptée par Georges Grard, tandis que de l’autre côté nous avons une “fille agenouillée”.  Ce travail de Charles Leplae est aujourd’hui devenu un des symboles de la Banque nationale.

Entrée de la Banque nationale avec les statues en aluminium de Marcel Rau

Entrée de la Banque nationale avec les statues en aluminium de Marcel Rau

Le style sobre pour lequel Van Goethem fut choisi signifiait qu’un excès d’éléments décoratifs n’était pas approprié pour  la façade du bâtiment de la Banque. Les seuls éléments qui furent ajoutés, sont le fruit du travail de Marcel Rau – l’homme qui, des années cinquante aux années septante, a déterminé l’effigie de nombreuses pièces de monnaie belges. Sur les deux rotondes de part et d’autre du bâtiment, les murs furent ornés de méreaux sculptés. Cette référence à la numismatique représente les différents artisanats. Enfin, au-dessus de l’entrée principale, on a choisi de poser quelques figures en aluminium.

Le nouveau bâtiment de la Banque provoqua au départ une grande polémique qui divisa l’opinion publique. On reprocha à la Banque une attitude mégalomane, un avis qui fut renforcé par les coûts importants du nouveau siège. Mais les protestations furent de courte durée et aujourd’hui,  il est indéniable que la Banque fait l’admiration de tous ceux qui passent devant le bâtiment.

Veronique Deblon
Guide du musée

Bibliographie
La jonction Nord-Midi à Bruxelles, brochure émise par l’ Office National pour l’achèvement de la Jonction Nord-Midi en de Société Nationale des Chemins de fer Belges.

M. VAN GOETHEM, Immeuble de la Banque Nationale à Bruxelles, in: Rythme, n° 15, juin 1953, pp. 6 – 13.

Marcel Van Goethem, architecte D.P.L.G. Oeuvres et études, 1940 – 1959, Bruxelles, BNB, 1959.

P. Kauch, De gebouwen van de Nationale Bank van België in Brussel, Revue du personnel de la BNB, 1964, N°2-3.

One Comment

  1. DEMEY Thierry
    Posted dimanche 1 juillet 2012 at 17:27 | Permalink

    Bonjour,
    En lisant votre article consacré à la construction du siège de la BNB, je constate une petite erreur. La jonction Nord-Midi est un projet qui a été voté par le Parlement dès 1899. A la veille de la Première Guerre mondiale, le viaduc entre la gare du Midi et l’église Notre-Dame de la Chapelle était quasiment achevé. Les travaux ont ensuite été repris en 1935 par l’Office National pour l’achèvement de la Jonction Nord-Midi dans le cadre d’une politique de grands travaux destinés à lutter contre le chômage.
    Je vous suggère donc de rectifier votre texte en conséquence pour éviter d’induire vos lecteurs en erreur.

    Cordialement,
    Thierry Demey, historien bruxellois