La Bourse: de Ter Buerse à Wall Street  Share

Version imprimante (pdf)

la Bourse de Bruges

la Bourse de Bruges

L’année dernière, nous avons tous été confrontés à la crise économique. Les Bourses aussi ont été malmenées. Les Bourses américaines ont souffert tout autant que les Bourses européennes, et le Bel 20 s’est effondré. L’action de Fortis, que l’on croyait pourtant stable, a fait le grand plongeon. Aujourd’hui, la Bourse nous est familière mais, au fond, où, quand et comment le marché des valeurs est-il né? Vous trouverez la réponse à cette question dans la salle 9 du Musée.

Armoiries de la famille Van der Buerse

Armoiries de la famille Van der Buerse

Les fondements de la Bourse actuelle ont été jetés à la fin du Moyen Âge dans les villes du nord de l’Italie. C’est là que les principes de base du système bancaire et boursier moderne (par exemple, la lettre de change, la forme juridique des sociétés et le système bancaire avec monnaie scripturale) ont été élaborés. Ensuite, ceux-ci ont été introduits dans le nord-ouest de ’Europe, en passant par Bruges. Dès le début, Bruges a joué un rôle majeur dans la naissance du marché des valeurs. En raison du déclin des foires annuelles de Champagne et de l’accroissement des frais de transport, les Italiens se sont mis en quête, via Bruges, d’une autre voie d’accès vers le nord de l’Europe. Au XIV e siècle, Bruges se situait au croisement de deux grands empires commerciaux, à savoir la Méditerranée, avec les Italiens, et la région autour de la mer Baltique, avec la Hanse allemande. Même si le commerce brugeois était fl orissant, les Brugeois mêmes n’y participaient pas de façon directe. Ils agissaient plutôt en tant qu’intermédiaires ou négociateurs entre les différents marchands étrangers. Souvent, c’étaient les aubergistes qui exerçaient cette fonction de courtier. Non seulement ils hébergeaient les marchands étrangers, mais ils les représentaient également. Étant donné le rôle central qu’ils jouaient dans le commerce, le métier d’aubergiste était l’une des professions les plus respectées dans la ville.

Les Van der Buerse étaient l’une des principales familles d’aubergistes. Ils ont exploité l’auberge Ter Buerse pendant cinq générations. Les plus anciennes mentions de la famille datent du XIII e siècle, et il est établi que l’auberge Ter Buerse était déjà exploitée en 1285 par Robert Van der Buerse, qui en était aussi le propriétaire. Dans le courant du XIV e siècle, la place devant l’auberge Ter Buerse s’est développée pour devenir le centre commercial et financier de la ville. C’est ainsi qu’en 1340, le guide du marchand Francesco Pegolotti (1) comparait les taux de change et les tarifs des courtiers brugeois au commerce en Angleterre et en Italie. De plus, les courtiers se rassemblaient à intervalles réguliers sur la place. Et comme il n’y avait pas encore de journaux boursiers offi ciels à l’époque, ils recueillaient auprès de leurs hôtes, correspondants et voyageurs, toutes sortes d’informations sur la conjoncture économique locale et sur la situation des marchés étrangers. En 1370, les taux de change de différentes villes étaient régulièrement cotés à Bruges. Vers 1400, un marché monétaire continu et organisé fut mis en place, sur lequel étaient cotés, à des moments prédéfinis, les taux de change des centres commerciaux et bancaires les plus en vue d’Europe, comme Barcelone, Venise, Londres ou Paris.

Les principaux agents de change occupaient les maisons de leurs nations sur la place Ter Buerse. Une nation était une association de marchands étrangers. Ces nations construisaient, achetaient ou louaient le plus souvent leurs propres bâtiments, appelés les maisons de la nation. Elles servaient aussi de consulat, de lieu de réunion ou d’entrepôt. La nation vénitienne fut instituée en 1322, la nation génoise suivit en 1397, et, enfin, les Florentins fondèrent la leur au XV e siècle. Les marchands se réunissaient chaque jour sur la place pour exercer leur commerce. Quand il pleuvait, ils se réfugiaient sous les avant-toits des bâtiments de la place ou à l’auberge Ter Buerse. Et même si la place de la Bourse était un lieu public, son accès était interdit aux mendiants et aux vagabonds durant les séances. En effet, ceux-ci auraient pu importuner les marchands. De plus, un bailli montait la garde. On ignore quelles étaient les heures précises pendant lesquelles la Bourse se tenait, s’il existait des règlements et de quelle manière le contrôle offi ciel s’opérait. Le fonctionnement de la première Bourse de commerce reposait sur des coutumes et n’a jamais été consigné par écrit. La Bourse d’Anvers est la première à avoir fait l’objet d’écrits au XVI e siècle.

la Bourse d’Anvers

la Bourse d’Anvers

Quoi qu’il en soit, le nom de l’ancienne famille d’aubergistes brugeois survit dans le mot bourse. Il ne fait aucun doute que le nom et le blason de la famille Van der Buerse ont été décisifs dans l’établissement d’un lien entre la place de la Bourse brugeoise et le concept du marché des valeurs. Pourtant, la signification originale du mot bourse semble se référer à la place plutôt qu’au bâtiment. Le tout premier auteur à avoir fait mention de la Bourse de commerce de Bruges est Hieronymus Muenze, un médecin allemand de Nuremberg qui, en 1495, effectua un long voyage en Europe. D’après ses carnets de voyage, il séjourna en 1495 à Bruges, dans une pension située sur la place, face à l’auberge Ter Buerse. Voici ce qu’il écrivit: « Il y a une place à Bruges où les marchands se rassemblent; on l’appelle la Bourse. Des Espagnols, des Italiens, des Anglais, des Allemands, des Orientaux s’y rendent, bref, toutes les nations ensemble. » Après le déclin de Bruges, le centre financier se déplaça à Anvers au cours du siècle suivant. Très vite, on parla de la nouvelle Bourse, la place où les marchands se rassemblaient. D’Anvers, le concept de bourse passa en France, en Italie, en Espagne et en Allemagne, où le mot s’altéra pour devenir bourse, borsa, bolsa et Börse. Le terme Burse fut aussi utilisé en Angleterre entre 1550 et 1775 et, finalement, c’est le terme Royal Exchange qui s’imposa.

Il ne fait aucun doute que la ville de Bruges a joué un rôle majeur dans la naissance de la Bourse. À la fin du XVe siècle, le rôle de Bruges comme centre financier prenait fin. La longue histoire du marché des valeurs s’est poursuivie par la suite pour donner naissance à la Bourse trépidante et spéculative que nous connaissons aujourd’hui.

Leen Bultinck
Guide du musée

Bibliographie:

  • De Clercq G. (e.a.), Ter Beurze. Geschiedenis van de aandelenhandel in België, 1300-1990, 1993, p. 15-32.