La pierre de Yap  Share

Aussi bizarre que cela paraisse, la pierre que vous voyez ici, constitue encore de nos jours un moyen de paiement parfaitement valable sur l’île de Yap, quelque part en Micronésie, au milieu de l’Océan Pacifique. Les touristes qui visitent l’île s’étonnent toujours de voir les insulaires laisser traîner leur “argent” sur la rue. Surtout qu’il ne s’agit pas de petite monnaie! Les plus grands exemplaires ont un diamètre de 4 mètres et peuvent peser jusque 15 tonnes. Mais quelle est l’origine de cette monnaie si particulière?

yap1

Il y a plusieurs siècles, les habitants de Yap se rendirent sur l’île voisine de Palau, à…400 kilomètres de là, où ils firent la découverte d’une roche tout à fait particulière: l’aragonite. Roche inconnue sur l’île de Yap, ils se mirent à en extraire de grandes quantités des grottes de Palau. Ensuite, après les avoir ramenées, ils les taillèrent en forme de disques percés en leur centre pour y introduire un bâton, ce qui leur permettait de les manoeuvrer selon le principe de la roue. Au fil du temps, les habitants de Yap en firent un moyen de paiement et ces pierres reçurent le nom de rai.

Le voyage en bateau de Palau vers Yap était autrefois semé d’embûches. Beaucoup y ont laissé leur vie ou en sont revenus diminués. Compte tenu des risques encourus et vu le nombre de victimes, la valeur de ces pierres ne fit que s’accroître. Bref, en raison du danger que constituait le voyage en bateau et de la rareté du matériau (l’aragonite), ces pierres étaient devenues un bien d’une grande valeur aux yeux des habitants de Yap.

Mais, direz-vous, comment pouvait-on déterminer concrètement la valeur d’une pierre?

Outre la beauté spécifique de la roche (on retrouve de l’aragonite dans la composition des perles) et l’histoire qui se rapporte à la pierre même (son âge, le nombre de victimes qu’ont entraînées son extraction et son transport), sa taille entre également en ligne de compte pour en déterminer la valeur, de même que le statut social des parties soumises à la transaction. Ainsi, les pierres qui étaient passées entre les mains de gens riches avaient davantage de valeur que celles que possédaient le commun des mortels.

yap2

À partir de 1931, plus aucune pierre n’a encore été taillée. En raison de leur encombrement et de leur poids, elles ont été peu à peu remplacées, dès le début du 20e siècle, par des dollars américains, tout au moins pour les transactions quotidiennes de faible valeur. Par contre, les achats importants, une maison, un terrain, se font aujourd’hui encore avec des pierres d’aragonite. En outre, elles servent au règlement d’indemnisations.

Tout aussi remarquable est la manière dont les transactions se faisaient sur Yap dans le passé (et aujourd’hui encore pour les gros achats). En effet, les pierres qui changeaient de propriétaire ne bougeaient généralement pas de place! Elles restaient simplement à l’emplacement où elles avaient été déposées à l’origine: le long d’une route, devant une maison ou un quelconque autre édifice…

Le vol d’une rai est chose rare car les insulaires ont pour habitude d’exercer un contrôle social mutuel. La plupart des habitants de Yap connaissent les détenteurs des pierres et ont un grand respect pour la propriété d’autrui. D’ailleurs, comment voler incognito une pierre de 15 tonnes?

Leen Custers

Guide du musée

Source:

  • Lautz Th., Steinreich in der Südsee. Traditionelle Zahlungsmittel in Mikronesien, Cologne, 1999.