Retour

La collection de monnaie marchandise de la Banque nationale de Belgique comprend 308 objets, allant de produits naturels comme le sel à des objets d’artisanat (haches d’apparat, ornements, etc.).

A propos de la collection

Le catalogue comprend 322 objets qui, par commodité, sont répertoriés comme de la « monnaie marchandise ». Ces objets sont très divers, allant de produits naturels comme le sel à des objets d’artisanat (haches d’apparat, ornements, etc.). Ils n’étaient pas tous employés comme moyen de paiement courant, à l’instar des pièces, des billets et des cartes de paiement que nous utilisons aujourd’hui. Ces objets étaient en revanche précieux ou convoités en raison de leur statut, de leur utilité pratique ou de leur beauté. Ces caractéristiques en faisaient d’excellents moyens de paiement et d’échange, que ce soit pour les paiements courants ou pour des transactions exceptionnelles, à titre de dot, de monnaie de sang ou de monnaie funéraire par exemple.

Certains moyens de paiement ont été très longtemps utilisés, mais il est souvent extrêmement difficile voire impossible de les dater en raison du manque de sources écrites. En l’absence d’informations sur la datation, le champ « année d‘acquisition » constitue un point de repère.

S’agissant des noms, il a été opté pour une classification en grandes catégories, telles que la monnaie arme, la monnaie coquillage, la monnaie parure, et ce même si le moyen de paiement n’était plus utilisable comme arme ou ornement. S’il est connu, le nom local est renseigné comme information complémentaire.

Nous souhaitons remercier toutes les personnes qui ont partagé leurs connaissances et leur expertise dans le cadre de la description et de l’identification des moyens de paiement. Nous tenons à remercier tout particulièrement Messieurs Ton Eijkelenkamp du musée Tukar Menukar à Doetinchem pour son aide dans l’identification de moyens de paiement provenant d’Océanie et d’Indonésie, François Thierry de la Bibliothèque nationale à Paris pour les moyens de paiement chinois et Julien Volper du musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren pour la sélection des objets africains.